La conf’ de coach Peyrelade

En préambule du déplacement à Mont-de-Marsan, Laurent Peyrelade nous livre son regard sur cette équipe du Stade Montois, qui a quelques points communs avec nos ruthénois.

 

  • Laurent, présentation brève du match ?

Un match qui oppose deux équipes du haut de tableau avec 4 points en jeu. Un bon match à jouer, plus on se rapproche de la fin, plus les points valent cher. Le Stade Montois est un concurrent direct, on a su faire un match sérieux et plein d’intensité face à Fréjus, nous devons faire le même match en terme d’intention.

 

  • Porteras-tu un regard sur le résultat de Fréjus ?

Je ne suis pas comme ça. Nous devons faire notre match face à une équipe qui nous ressemble. Ils ont les mêmes caractéristiques que nous mais nous sommes plus jeunes et nous avons été plus régulier qu’eux.

 

  • Le Stade Montois est-elle l’équipe miroir ?

C’est un groupe qui peut nous ressembler. C’est aussi un exemple à suivre, car avec des moyens très mesurés cela fait 2 ans qu’ils sont dans le haut du panier. Ils possèdent une grosse stabilité de l’entraîneur, des joueurs, et c’est ce vers quoi nous voulions tendre cette année avec un groupe beaucoup plus jeune.

 

  • Ils ont plus d’expérience du coup ?

Oui mais nous devons plus courir, être capable de garder de l’intensité et un volume de course qui sont notre marque de fabrique durant tout le match. Si nous faisons cela, il se peut que nous en récoltions les fruits.

 

  • Est-ce le match qui t’enverras en National ?

Cela peut être match de la montée mais pas du titre. Le titre c’est 4 groupes confondus, nous en sommes loin. Ce n’est pas le match de la montée mais qui peut te permettre de la valider vraiment chez toi.

 

  • Penses-tu qu’il y a une euphorie de groupe ?

C’est pas une euphorie, c’est quelque chose qui devient normal. Il ne faut pas s’endormir avec ce qui se dit autour. Ce n’est pas logique, rien n’est logique.

 

  • Comment sens-tu tes joueurs ?

Nous avons fait une semaine correcte, inégale en fonction des joueurs. J’ai fait pratiquement tout ce que j’avais prévu cette semaine. Nous avons beaucoup de dynamisme encore à cette période de l’année. Nos jambes tournent vite et bien, avec la concentration qui va avec. Cela influe sur ta motivation. Si on veut progresser, nous devons savoir garder cette concentration. Les blessés reviennent plus vite, grâce à cette exigence. Faire le métier en permanence, c’est ça qui permet à chaque joueur de progresser individuellement, puis de faire progresser le groupe.

Ce qui m’intéresse sur ces rencontres, c’est de voir la progression qu’il y a eu d’un match sur l’autre. Ils sont les mêmes, nous sommes les mêmes, la comparaison peut être faite. Mais pas sur des rencontres dont vous me parlez d’il y a 4 ou 5 ans.